Que sont les obligations souveraines ?


plage l'été

De nos jours, les différents États ont besoin de financement pour faire face à leurs diverses dépenses, qu'il s'agisse d'investissement ou même quelquefois de fonctionnement. En effet, pour se moderniser, pour disposer d'infrastructures modernes comme des routes, des autoroutes, des aéroports, des écoles, des hôpitaux, des bâtiments administratifs, les ressources internes d'un gouvernement ne suffisent généralement pas.

Comprendre les obligations souveraines

Car, en général, ce sont les impôts ainsi que les différents droits et taxes qui constituent les sources de richesse des États. Or, ces dernières suffisent tout juste à payer les dépenses de fonctionnement comme le salaire des fonctionnaires, le carburant des véhicules de l'État, etc. Ce qui amène souvent les gouvernements à chercher d'autres sources de financement pour qu'ils puissent investir dans des domaines qui donnent un meilleur bien-être à leur population. Il peut s'agir de la santé, de l'éducation, des travaux publics, de la recherche, de la justice, etc.

Et c'est justement à ce niveau que les obligations souveraines sont nécessaires. Pour simplifier, il s'agit des obligations émises par un État dans une devise différente de la sienne et qui prévoit à l'échéance le remboursement à 100 % du capital. Il convient de souligner que, selon les besoins du gouvernement emprunteur, ces obligations peuvent être :

  • À moyen terme
  • Ou à long terme

Mécanisme d'action des obligations souveraines

Par principe universellement reconnu, les États ne peuvent être en faillite, et ce, même s'ils ont des milliers de milliards de dettes. C'est le cas de la Grèce qui continue jusqu'à nos jours de connaître des difficultés économiques et financières de grande ampleur, mais qui est maintenue sous perfusion par l'Europe et la Banque centrale européenne (BCE).

Par ricochet, les obligations souveraines sont donc parmi les plus sûres sur le marché financier, compte tenu du principe de solvabilité des États. Cependant, certains d'entre eux peuvent plus facilement rembourser leurs dettes que d'autres, étant donné que le contexte économique et politique varie d'un pays à l'autre.

C'est pourquoi les dettes souveraines des États font l'objet d'une surveillance particulière et minutieuse. Il existe d'ailleurs des agences spécialisées dans la notation financière des États. C'est le cas notamment de Moody's et de Standard & Poor's.

Quelques exemples d'obligations souveraines

Nous avons que chaque État est pratiquement obligé de recourir aux obligations souveraines pour obtenir des financements. Ainsi, en Allemagne, le gouvernement de ce pays émet des obligations dénommées « Bundesanleihen » ou tout simplement « Bund ». Aux États-Unis, ils sont appelés Bons du Trésor ou « Treasury Bounds » en anglais. En France, on parle d'Obligations assimilables du trésor (OAT) qui sont la plupart du temps à taux fixe.

Pour faciliter la compréhension, prenons le cas d'une OAT émise à 4 % par l'État français le 25 octobre 2015. Cela signifie que pour 1 euro emprunté dans ce cadre, l'État va s'engager à rembourser cet euro avec en outre l'intérêt de 4 % d'un euro le 25 octobre de chaque année, jusqu'à l'échéance.

Cependant, il existe encore d'autres versions de l'OAT, en particulier l'OAT TEC 10 et les OATi ou Obligations assimilables du Trésor indexées sur l'inflation. En tout cas, il est toujours possible de s'adresser à un expert comme Cyrille Vernes pour déterminer quel type d'obligation souveraine est le plus adapté pour vous si vous souhaitez placer vos capitaux. En effet, à travers son holding Vernes & Associés SA, Cyrille Vernes est en mesure d'offrir de judicieux conseils aux particuliers et institutionnels qui souhaitent investir dans des obligations souveraines.

 


Les Sujets